Prysmian S.p.A. Résultats au 31 décembre 2018

Prysmian S.p.A. Résultats au 31 décembre 2018

Categories: Corporate

Milan, Italy   -   03/05/2019

  • VENTES COMBINÉES (Y COMPRIS GENERAL CABLE POUR L’INTÉGRALITÉ DE L’EXERCICE 2018) À 11 577 MILLIONS D’EUROS AVEC UNE CROISSANCE ORGANIQUE DE +3,3 %
  • BAIIA AJUSTÉ COMBINÉ (Y COMPRIS GENERAL CABLE POUR L’INTÉGRALITÉ DE L’EXERCICE 2018) À 837 MILLIONS D’EUROS, DONT 95 MILLIONS D’EUROS POUR LES PROVISIONS DU PROJET WL POUR L’EXERCICE FINANCIER 2018 
  • BAIIA AJUSTÉ RAPPORTÉ (Y COMPRIS GENERAL CABLE POUR LES 7 MOIS DE JUIN À DÉCEMBRE 2018) À 763 MILLIONS D’EUROS, DONT 123 MILLIONS D’EUROS ATTRIBUABLES À GENERAL CABLE
  • DETTE FINANCIÈRE NETTE MEILLEURE QUE PRÉVU À 2 222 MILLIONS D’EUROS (436 MILLIONS D’EUROS AU 31/12/2017), DONT 2 601 MILLIONS D’EUROS ATTRIBUABLES À L’ACQUISITION DE GENERAL CABLE
  • SYNERGIES GÉNÉRÉES PAR L’INTÉGRATION DE GENERAL CABLE S’ÉLEVANT À 35 MILLIONS D’EUROS EN 2018 (OBJECTIF D’ENVIRON 5-10 MILLIONS D’EUROS)
  • TOTAL DES SYNERGIES 2018-2021 ATTENDUES UN AN AVANT LES PRÉVISIONS ET RÉVISÉES À LA HAUSSE À 175 MILLIONS D’EUROS (ESTIMATION INITIALE DE 150 MILLIONS D’EUROS)
  • PERSPECTIVES DE L’EXERCICE 2019 : LE BAIIA AJUSTÉ COMBINÉ DEVRAIT ATTEINDRE ENVIRON 950-1 020 MILLIONS D’EUROS
  • PRÉVISION DE TRÉSORERIE DISPONIBLE POUR L’EXERCICE 2019 À ENVIRON 300 MILLIONS D’EUROS (±10 %) APRÈS PAIEMENT DES COÛTS DE RESTRUCTURATION DE 90 MILLIONS D’EUROS
  • DIVIDENDE PROPOSÉ DE 0,43 € PAR ACTION

 

Le conseil d’administration de Prysmian S.p.A. a examiné aujourd'hui les états financiers consolidés et les états financiers individuels provisoires pour l'année 2018.

« Les résultats 2018 ont confirmé les performances positives de toutes les activités qui se sont reflétées dans la croissance organique du Groupe, grâce également à la bonne contribution de General Cable », a déclaré le président-directeur général Valerio Battista. « La croissance organique des ventes a été principalement soutenue par la performance robuste des Télécoms et des Câbles Souterrains à Haute Tension, qui ont également contribué en termes de rentabilité, compensant donc en partie l’impact des provisions du projet Western Link. Prysmian Group prouve ainsi sa capacité à affronter toutes les situations délicates en adoptant les mesures nécessaires pour servir sa clientèle avec un professionnalisme digne d’un leader du marché.

L’intégration de General Cable demeure créatrice de valeur grâce aux synergies générées qui, en 2018, ont surpassé les prévisions initiales. Cela nous amène à réviser de 25 millions d’euros à la hausse l’objectif initial qui sera atteint avec un an d’avance (nouvel objectif fixé à 175 millions d’euros d’ici 2021). La dette financière nette s’est améliorée au-delà des attentes à 2 222 millions d’euros au 31 décembre 2018.

Ce scénario nous permet d’annoncer un objectif de rentabilité amélioré pour l’exercice 2019, avec un BAIIA ajusté de l’ordre de 950–1 020 millions d’euros et un flux de trésorerie disponible attendu à environ 300 millions d’euros, après paiement des coûts de restructuration d’environ 90 millions d’euros. »

Résultats financiers

Les ventes combinées totales du Groupe, en incluant donc General Cable pour l’intégralité de l’exercice 2018, s’élèvent à 11 577 millions d’euros (dont 3 536 millions d’euros attribuables à General Cable), avec une croissance organique de +3,3 % par rapport à 2017. Les opérations de General Cable en Europe ont profité des bonnes performances des activités Projets et Câbles Optiques (en particulier au premier semestre 2018). Du côté de l’Amérique du Nord, la croissance a accéléré au T4, alimentée par les volumes des segments Télécoms et Câbles à application industrielle, sans oublier le redressement progressif de l’activité Distribution d’électricité. L’Amérique latine (LatAm) a enregistré une performance moindre, qui a toutefois montré des signes de reprise au T4, principalement grâce à l’activité Câbles Aériens, dont les conditions de marché se sont avérées particulièrement concurrentielles.

Les ventes enregistrées, en incluant celles de General Cable pour les 7 mois de juin à décembre 2018, se sont élevées à 10 158 millions d’euros, dont 2 117 millions d’euros générés par General Cable, consolidé à partir de fin mai 2018. Hors contribution de General Cable, variations du prix des métaux et effets liés au taux de change, la croissance organique a été de +3,3 % par rapport à 2017. La croissance a été principalement alimentée par l’activité Câbles Optiques et par les systèmes de connectivité pour les réseaux de télécommunication haut débit, ainsi que par la tendance à la hausse des Câbles Souterrains à Haute Tension.

Le BAIIA ajusté entièrement combiné, qui inclut donc General Cable pour l’intégralité de l’exercice 2018, était de 837 millions d’euros (dont 197 millions d’euros attribuables à General Cable, conformément aux prévisions), contre 940 millions d’euros en 2017 (dont 204 millions d’euros attribuables à General Cable). Ces chiffres ont été affectés par l’impact négatif de 41 millions d’euros des taux de change par rapport à 2017. En 2018, l’impact des provisions du projet Western Link s’est élevé à 95 millions d’euros, dont 25 millions d’euros alloués selon la criticité établie le 20 février 2019. Les répercussions négatives des provisions de Western Link ont été principalement compensées par l’amélioration des marges enregistrées par les segments Télécoms et Câbles Souterrains à Haute Tension, ainsi que par les synergies suscitées par l’intégration de General Cable, qui se sont élevées à quelque 35 millions d’euros, un montant supérieur à l’objectif initial de 5-10 millions d’euros fixé pour 2018. Le BAIIA Ajusté1, en incluant General Cable pour les 7 mois de juin à décembre 2018 (avant les charges nettes pour la restructuration de l’entreprise, les charges exceptionnelles nettes et autres charges financières nettes pour un total de 167 millions d’euros) s’élevait à 763 millions d’euros (736 millions d’euros en 2017), dont 123 millions d’euros attribuables à General Cable, consolidé à partir de fin mai 2018.

Le BAIIA2 s’élevait à 596 millions d’euros, dont 64 millions d’euros attribuables à General Cable, consolidé à partir de fin mai 2018. Le BAIIA inclut : les charges nettes pour la restructuration de l’entreprise, les charges exceptionnelles nettes et autres charges financières nettes pour un total de 167 millions d’euros, résultant principalement des provisions pour litige antitrust au Brésil, qui concerne les années précédant la fondation de Prysmian, pour un total de 69 millions d’euros ; les coûts de restructuration suite à l’acquisition de General Cable pour un total de 49 millions d’euros ; 35 millions d’euros de charges liées à l’acquisition et à l’intégration de General Cable ; ainsi que les coûts supplémentaires relatifs à la vente des stocks au juste prix à l’acquisition, pour un total de 16 millions d’euros, partiellement compensés par le revenu de 36 millions d’euros issu de l’effet dilutif de la participation dans YOFC. 

Le résultat d’exploitation, en incluant General Cable pour les 7 mois de juin à décembre 2018, était de 310 millions d’euros, contre 424 millions d’euros en 2017.

Le bilan des charges financières nettes s’est élevé à 112 millions d’euros, contre 99 millions d’euros en 2017.

Le bénéfice net, en incluant General Cable pour les 7 mois de juin à décembre 2018, attribuable aux propriétaires de la société mère, était de 130 millions d’euros (241 millions d’euros en 2017).

La dette financière nette s’élevait à 2 222 millions d’euros au 31 décembre 2018 (436 millions d’euros au 31 décembre 2017). Les principaux facteurs ayant influencé la dette financière nette en 2018 sont les suivants :

  • 2 601 millions d’euros d’impact de l’acquisition de General Cable, en incluant le paiement des actions (1 290 millions d’euros), les coûts annexes de l’acquisition (96 millions d’euros) et le refinancement de la dette nette (1 215 millions d’euros) ;
  • 552 millions d’euros de flux de trésorerie (avant modification du fonds de roulement) positif ;
  • 100 millions d’euros de diminution du fonds de roulement net ;
  • 278 millions d’euros d’investissements d’exploitation nets ;
  • 84 millions d’euros de charges financières nettes ;
  • 110 millions d’euros de paiement d’impôts ;
  • 105 millions d’euros de versement de dividendes ;
  • 283 millions d’euros de conversion en capital des obligations convertibles 2013 ;
  • 496 millions d’euros d’entrées nettes découlant de l’augmentation de capital ;
  • 39 millions d’euros découlant d’autres augmentations.

1. Le BAIIA Ajusté désigne le BAIIA, tel que défini dans la note ci-après, avant imputation des revenus et dépenses liés à la restructuration de l'entreprise, avant les revenus et dépenses exceptionnels, présentés dans le compte de résultat consolidé, et avant les autres produits et charges hors exploitation. La définition de cet indicateur a été modifiée suite à l’adoption par la CONSOB du document ESMA/2015/1415.

 2. Le BAIIA est défini comme le résultat d’exploitation (perte), avant la variation de la juste valeur des dérivés de métaux et d’autres éléments, l’amortissement et la dépréciation.

Les synergies issues de l’intégration de General Cable ont dépassé les prévisions en 2018

 

Les synergies générées par l’intégration de General Cable se sont élevées à 35 millions d’euros en 2018, une nette amélioration par rapport aux prévisions initiales d’environ 5 à 10 millions d’euros. Cela confirme la création de valeur significative issue de l’intégration des deux groupes. Ces résultats s’expliquent notamment par les mesures visant à réduire les charges fixes suite à la rationalisation de l’organisation ainsi que par les économies réalisées en termes d'approvisionnement (principalement en matières premières et en métaux).

Au vu des excellentes performances réalisées en 2018, le Groupe a révisé de 25 millions d’euros à la hausse la valeur totale des synergies attendues (175 millions d’euros, contre une estimation initiale de 150 millions d’euros), pour atteindre l’objectif fixé avec un an d’avance (2021 au lieu de 2022). Les synergies devraient atteindre environ 120 millions d’euros en 2019.

 

Focus sur les performances opérationnelles du périmètre General Cable (exercice 2018) dans les différentes zones géographiques

 

Amérique du Nord

Les ventes de la région Amérique du Nord se sont élevées à 2 131 millions d’euros en 2018, marquant une croissance organique de 4,6 % principalement attribuable à la performance robuste des activités Industriel et Télécoms ainsi qu’à la tendance à la hausse de l’activité Vente & Installation. L’activité Distribution d’électricité a poursuivi la reprise entamée au T3 2018. Le BAIIA ajusté était de 139 millions d’euros, en baisse de 10 millions d’euros en raison notamment de l’impact négatif des taux de change et de l’augmentation des coûts de transport.

Europe

En Europe, les ventes se sont élevées à 863 millions d’euros en 2018, soit une croissance organique de 8,2 % alimentée par la hausse de l’activité Projets (surtout au premier semestre 2018) et du marché des câbles optiques. Le BAIIA ajusté était de 25 millions d’euros, contre 20 millions d’euros en 2017. L’augmentation est principalement due à la composition favorable des ventes.

Amérique latine

En Amérique latine, les ventes ont atteint 542 millions d’euros en 2018, enregistrant un recul de -7,5 % attribuable notamment à la diminution des volumes de vente des câbles de transmission aériens au Brésil. Le BAIIA ajusté était de 33 millions d’euros, en baisse de 2 millions d’euros par rapport à 2017. Les bonnes performances enregistrées par les activités Industriel et Vente & Installation ont contribué à l’amélioration significative du BAIIA ajusté au T4 2018.

 

Évolution de l’information sectorielle

 

Suite à l’acquisition de General Cable, le Groupe a lancé un processus de restructuration qui a mené à la redéfinition de son information sectorielle et, par conséquent, à l’identification de nouveaux secteurs d’activité intitulés Énergie, Projets et Télécommunications. Plus précisément :

  • Énergie : ce secteur d’activité inclut le segment auparavant appelé Produits Énergie ainsi que les activités Pétrole & Gaz et DHT (technologie de forage) ; jusqu’à la fin du dernier trimestre, ces dernières activités étaient incluses dans le segment Pétrole & Gaz, qui ne constitue plus une activité en soi au sein du Groupe ;
  • Projets : ce secteur d’activité inclut le segment auparavant appelé Projets Énergie, l’activité Spécialités Offshore (auparavant incluse dans le segment Pétrole & Gaz) et l’activité Télécommunications sous-marines, qui a intégré le périmètre suite à l’acquisition du Groupe General Cable ;
  • Télécommunications : ce secteur d’activité n’a pas changé suite à la restructuration susmentionnée.

 

Projets

 

  • Croissance organique (+4,7 %) des résultats ; rentabilité affectée par les provisions Western Link
  • Carnet de commandes au 31 décembre 2018 à 1 900 millions d’euros ; marché sous-marin en légère amélioration, confirmé à environ 3 milliards d’euros
  • Performances positives de l’activité Câbles Souterrains à Haute Tension confirmées au T4 grâce à la croissance des régions APAC, Europe du Sud et Amérique du Sud

Le total des ventes combinées du segment Projets, y compris la contribution de General Cable pendant 12 mois, a atteint 1 804 millions d’euros en 2018, soit une croissance de 4,7 % par rapport à 2017. Le BAIIA ajusté s’est élevé à 170 millions d’euros (298 millions d’euros en 2017), en raison de l’impact négatif des provisions de 95 millions d’euros liées au projet Western Link en 2018, dont 25 millions d’euros alloués selon la criticité établie le 20 février 2019. Hors provisions pour le projet Western Link, le BAIIA ajusté du secteur d’activité Projets a été affecté par le décalage de certains projets et de certaines activités de remaniement, ainsi que par la comparaison défavorable avec les performances de 2017 (quand des projets ont été finalisés tant dans le périmètre de Prysmian que dans celui de General Cable). 

La croissance organique de l’activité Systèmes et Câbles Sous-marins a été touchée par l’impact du projet Western Link. Les principaux projets de la période étaient les connexions des parcs éoliens offshore Borwin3 et 50 Hertz, la liaison électrique NSL entre la Norvège et la Grande-Bretagne, le câble Cobra entre les Pays-Bas et le Danemark et l’interconnexion IFA2 entre la France et la Grande-Bretagne. Il convient de signaler également l’achèvement de plusieurs interconnexions de parcs éoliens, parmi lesquels le projet Wikinger, l’un des plus grands parcs éoliens offshore de la mer Baltique, mais aussi le projet de connexion du parc éolien offshore flottant de Kincardine à la Grande-Bretagne, dont le système de câblage mis au point par le Groupe a récemment été récompensé. En outre, Prysmian a annoncé un projet de construction d’un nouveau navire câblier qui devrait être opérationnel au deuxième trimestre 2020. Ce nouveau navire sera le plus puissant du marché et offrira des capacités hors pair ainsi qu’une polyvalence accrue afin de gérer les projets de câblage et d’interconnexion des parcs éoliens offshore grâce à ses fonctionnalités et ses équipements à la pointe de la technologie. Il viendra ainsi soutenir les prévisions du Groupe pour sa croissance à long terme sur le marché des systèmes de câbles sous-marins.

En ce qui concerne l’activité Câbles Souterrains à Haute Tension, les résultats positifs déjà enregistrés dans les 9 premiers mois de l’exercice 2018, alimentés notamment par la croissance de la demande dans les régions Asie-Pacifique, Europe du Sud et Amérique du Sud, se sont confirmés au T4. Durant cette période, le processus d’approvisionnement a commencé pour des projets d’interconnexion majeurs en Allemagne (SüdLink et SüdOstLink). De plus, ces derniers mois, le Groupe a décroché d’importants projets, notamment : l’implication dans un projet d’une valeur de 190 millions de dollars visant à améliorer le réseau électrique de Washington D.C., qui devrait être mis en service de manière échelonnée entre 2019 et 2026 ; la conception, l’approvisionnement, l’installation et la mise en service de deux systèmes de câbles à haute tension permettant le transport de l’électricité entre les sous-stations de Rangoon et de Paya Lebar, dans la ville de Singapour, d’une valeur de 33 millions d’euros.

Concernant l’activité Spécialités Offshore, le marché des câbles ombilicaux a dégringolé au Brésil, le marché principal du Groupe.

Le carnet de commandes en matière de câbles de transmission (tant souterrains que sous-marins) a atteint environ 1 900 millions d’euros (en incluant le carnet de commandes de General Cable, qui s’élevait à 175 millions d’euros en décembre 2018), en baisse par rapport à l’année précédente en raison de la réduction du nombre de projets obtenus au cours de l'année.

 

Énergie

  • Croissance du secteur T&I confirmée au T4 grâce à une augmentation des volumes en Europe et en Amérique du Nord
  • Distribution d’électricité : croissance organique positive au T4 et rentabilité accrue grâce à la hausse des volumes et à la rationalisation des opérations
  • Industriel et Composants réseaux : bonne croissance organique

Le total des ventes combinées du secteur Énergie, y compris la contribution de General Cable sur 12 mois, a atteint 8 139 millions d’euros, soit une croissance organique de +2,4 %, grâce à l’augmentation des volumes enregistrés en Europe et en Amérique du Nord. Le BAIIA ajusté était de 372 millions d’euros (395 millions d’euros en 2017), avec un ratio de 4,6 % du BAIIA ajusté par rapport aux ventes (4,9 % en 2017).

 

Énergie et Infrastructure

 

Le total des ventes combinées du segment Énergie et Infrastructure, y compris la contribution de General Cable pendant 12 mois, a atteint 5 492 millions d’euros, soit une croissance organique de +2,1 % par rapport à 2017. Le BAIIA ajusté était de 207 millions d’euros, contre 233 millions d’euros en 2017 (ratio du BAIIA ajusté par rapport aux ventes de 3,8 %, contre 4,3 % en 2017).

Suite à la fusion avec General Cable, le Groupe a étendu son catalogue de produits du segment Énergie et Infrastructure et a renforcé sa position géographique dans des régions telles que l’Amérique du Nord et l’Amérique latine.

En 2018, l’activité Vente & Installation a enregistré une poursuite de sa croissance organique, qui s’est confirmée au T4 2018 grâce à l’augmentation continue des volumes en Amérique du Nord et en Europe. Le BAIIA ajusté a connu une légère amélioration, résultant principalement de l’augmentation de la rentabilité en Europe du Sud (suite à l’introduction du RPC) et des performances positives enregistrées en Amérique du Nord, qui ont en partie compensé l’impact négatif de la tendance générale en Europe du Nord, Centrale et de l’Est ainsi que dans la région APAC.

L’activité Distribution d’électricité a enregistré une croissance organique des ventes positive au T4 2018, particulièrement en Amérique du Nord et en Europe. Les taux de change défavorables et la fragilité en Europe du Nord ont affecté la rentabilité de cette activité, qui a néanmoins connu une nette amélioration au T4 2018 en raison de la hausse des volumes et de la rationalisation des opérations. Le déclin du segment Câbles Aériens s’explique principalement par les conditions de marché hautement concurrentielles en Amérique du Sud.

 

Industriel et Composants réseaux

 

Le total des ventes combinées du segment Industriel et Composants réseaux, y compris la contribution de General Cable pendant 12 mois, a atteint 2 353 millions d’euros, soit une forte croissance organique de +3,3 % en 2018. Le BAIIA ajusté s’est élevé à 167 millions d’euros, un montant comparable aux 169 millions d’euros enregistrés en 2017 (le ratio du BAIIA ajusté par rapport aux ventes est passé de 7,4 % à 7,1 %). Le marché Spécialités, Équipementiers et Renouvelables a été marqué par une croissance organique des ventes, malgré un déclin au T4 2018, avec une amélioration continue des performances des applications Ferroviaire, Solaire et Grue et une stabilité des activités Mine et Éolien. La croissance a été principalement alimentée par l’Amérique du Nord et l’Amérique du Sud ainsi que par la reprise de la région APAC, malgré l’impact des taux de change défavorables sur la rentabilité. La croissance solide enregistrée par l’activité Ascenseurs, qui s’est confirmée au T4 2018, a été soutenue par les conditions de marché favorables en Amérique du Nord ainsi que par les performances stables de la région APAC. Le BAIIA ajusté a connu une reprise au T4 2018, bénéficiant tout particulièrement de l’augmentation des volumes, et ce, malgré l’impact négatif des taux de change et la pression sur les prix. La tendance à la hausse des ventes du secteur Automobile a été notamment alimentée par la croissance en Amérique du Nord (en baisse au T4). Le BAIIA ajusté a profité de l’augmentation des volumes, de la rationalisation des capacités industrielles et de toutes les mesures de réduction des coûts en Europe et en Amérique du Nord. Enfin, les Composants Réseaux ont été marqués par une performance robuste, soutenue par la hausse des volumes en Chine et en Amérique du Nord.

 

Télécommunications

 

  • Forte hausse des ventes grâce aux performances positives en Europe, en Amérique du Nord (Ruban) et en Amérique latine
  • Augmentation de la rentabilité grâce à la croissance des volumes, à la rationalisation et à l’optimisation des installations industrielles
  • Performances robustes du secteur MMS grâce à la forte demande de Centres de Données et de câbles de transmission de données en Europe, ainsi qu’à une amélioration de la composition des ventes en Amérique du Nord

En 2018, le total des ventes combinées du secteur Télécoms, y compris la contribution de General Cable pendant 12 mois, a atteint 1 634 millions d’euros (1 592 millions d’euros en 2017), avec une croissance organique de 6,4 % alimentée par la tendance positive en Europe et en Amérique latine. Le BAIIA ajusté a connu une brusque augmentation pour atteindre 295 millions d’euros, contre 247 millions d’euros en 2017. Les marges se sont également améliorées, avec un ratio du BAIIA ajusté par rapport aux ventes de 18 % (15,5 % en 2017), ce qui s’explique par l’augmentation des volumes, la reprise des performances industrielles et les résultats positifs de la filiale YOFC en Chine. La publication de la dépréciation d’une créance d’un client brésilien datant de 2016 ainsi que le report des résultats 2017 positifs de YOFC ont eu des retombées positives exceptionnelles de 11 millions d’euros.

En ce qui concerne l’activité Télécoms, l’intégration de General Cable a permis à Prysmian Group d’augmenter son exposition au marché américain des Solutions multimédias, d’accroître ses capacités de production de câbles optiques et de renforcer sa présence en Amérique latine.

La croissance organique des ventes de l'activité Solutions de télécommunication s’explique par la capacité du Groupe à tirer parti de la demande croissante en câbles optiques des opérateurs qui développent des réseaux haut débit. En Europe, le volume a suivi une tendance positive et les prix sont demeurés constants. En Amérique du Nord, la création de réseaux à très haut débit entraîne une hausse constante de la demande qui profite à Prysmian, comme en témoigne l’accord triennal d’une valeur de 300 millions de dollars conclu avec Verizon pour l’approvisionnement en câbles optiques à compter de janvier 2018. Le Brésil et l’Argentine ont également été marqués par une augmentation des investissements de la part des principaux opérateurs télécoms. En Australie, les chantiers de construction de la nouvelle plateforme « multi-technologies » de NBN se sont poursuivis avec succès, bien que les volumes soient en berne à mesure que le projet approche de la fin.  

Au cours de la période concernée, Prysmian a annoncé la création de la gamme FlexRibbon™, avec deux nouveaux produits contenant 1 728 et 3 456 fibres. Conçus à partir des technologies MassLink™ et FlexRibbon™, ils peuvent intégrer un nombre maximal de fibres dans le plus petit câble possible, atteignant ainsi un haut niveau de flexibilité en combinant la haute densité en fibres de la technologie Flex avec l’épissure rapide des câbles Ribbon. Ces produits seront adaptés aux centres de données haut débit gérés par les plus grandes entreprises du monde entier.

Le marché à forte valeur ajoutée des accessoires à connectivité optique affiche toujours de bonnes performances, grâce au développement de nouveaux réseaux FTTx (pour l'accès haut débit sur le dernier kilomètre) en Europe, notamment en France.

Les Solutions multimédias se portent bien, surtout en Europe, où la demande a également été alimentée par les investissements croissants dans des Centres de Données et par la forte demande de câbles de transmission de données pour des applications industrielles et des immeubles résidentiels. Ces chiffres, qui tiennent compte de General Cable pour la période allant du 1er janvier au 12 décembre, figurent dans le tableau.

 

Perspectives économiques

 

En 2018, l’économie mondiale a enregistré une croissance par rapport à l’année précédente, malgré l’apparition de signes d’une détérioration cyclique dans bon nombre d’économies développées et de pays émergents. Dans la zone euro, la croissance a ralenti à compter du deuxième semestre, en partie en raison de facteurs d’instabilité financière, mais aussi à cause de la dégradation des prévisions des entreprises et de la faiblesse de la demande.

Le taux de croissance des États-Unis demeure robuste, alimenté par le marché intérieur et les investissements. Parmi les principales économies émergentes, le ralentissement de l’activité économique en Chine, qui a démarré début 2018, s’est poursuivi dans les derniers mois de l’année, malgré les mesures d’incitation fiscale adoptées par le gouvernement.

La consolidation de ces tendances semble s’être confirmée début 2019 et l’on prévoit même une dégradation de certaines économies. L’expansion de l’activité économique mondiale est en effet entravée par plusieurs incertitudes et facteurs de risque : les conséquences d’une issue négative des négociations commerciales actuellement en cours entre les États-Unis et la Chine, le réveil des tensions financières dans les pays émergents et la décision, encore attendue, sur les conditions du Brexit.

D’après ce scénario macroéconomique, Prysmian Group prévoit pour l’exercice 2019 une légère hausse de la demande des activités cycliques de construction et de câbles industriels par rapport à 2018. Le secteur des câbles à moyenne tension devrait également être marqué par une reprise modérée, avec des performances inégales selon les zones géographiques. Du côté des Systèmes et Câbles Sous-marins, Prysmian Group compte réaffirmer sa position de leader sur un marché qui devrait rester stable aux niveaux de 2018. Les résultats de cette activité seront positivement influencés par la reprise suite à l’impact négatif des provisions Western Link (95 millions d’euros). Au niveau organique, ces résultats devraient diminuer en 2019 en raison du nombre limité de commandes passées en 2018. En ce qui concerne l’activité Systèmes et Câbles Souterrains à Haute Tension, le Groupe prévoit une quasi-stabilité, avec une amélioration progressive des performances attendues en Chine et en Asie du Sud-Est en raison des nouvelles capacités de production. Enfin, le segment Télécoms devrait poursuivre sa croissance robuste en 2019, grâce à l’augmentation de la demande de câbles optiques en Europe et en Amérique du Nord, tandis que sur le marché australien la réduction des volumes devrait entraîner un ralentissement.

La conversion des résultats des filiales dans la monnaie de présentation des états consolidés ne devrait pas affecter les performances opérationnelles du Groupe.

Compte tenu des considérations ci-dessus, le Groupe prévoit pour l’exercice 2019 un BAIIA ajusté de l’ordre de 950-1 020 millions d’euros, soit une hausse sensible par rapport aux 837 millions d’euros enregistrés en 2018 (qui incluaient l’impact négatif de 95 millions d’euros du projet Western Link).

Les synergies qui devraient pouvoir être mises en place en 2019 devraient atteindre 120 millions d’euros (soit une augmentation de 85 millions d’euros en 2019).

De plus, le Groupe prévoit pour 2019 un flux de trésorerie entrant d’environ 300 millions d’euros, avec une variation maximum prévue de 10 % (flux de trésorerie disponible avant acquisitions et cessions). Ce montant tient compte du décaissement prévu de 90 millions d’euros pour les activités de restructuration et d’intégration. 

Les objectifs 2019 n’incluent ni l’impact futur du projet Western Link, ni l’effet de la mise en œuvre de la norme IFRS 16. En outre, l’objectif de trésorerie inclut les retombées négatives des criticités Western Link survenues le 19 février et ne prennent pas en compte les potentiels impacts du litige qui oppose l’entreprise à l’autorité brésilienne antitrust.

Prysmian Group continue à optimiser ses structures organisationnelle et industrielle en vue d’atteindre, à l’horizon 2021, un niveau de synergies cumulées découlant de l’intégration de General Cable de 175 millions d’euros (à comparer aux 35 millions d’euros de synergies réalisées à la fin de l’exercice 2018). Cet objectif est supérieur à l’objectif initial de 150 millions d’euros d’ici 2022 et a été avancé d’un an par rapport aux premières prévisions.

Ces perspectives reposent sur le périmètre d’activité actuel de l’entreprise.

 

Autres résolutions du conseil d’administration

 

Convocation à l'Assemblée générale annuelle

Le conseil d'administration a investi le Président du conseil et le directeur général des pouvoirs nécessaires à la convocation de l'Assemblée générale annuelle (AGA) prévue pour le mercredi 17 avril 2019, en un seul vote.

Le conseil d'administration recommandera lors de la prochaine AGA, vu les résultats de 2018, de distribuer un dividende de 0,43 euro par action, soit un versement total d'environ 90 millions d’euros.

Sous réserve d'approbation, le dividende sera versé dès le 25 avril 2019, avec pour date de référence le 24 avril 2019 et pour date ex-dividende, le 23 avril 2019.

 

Motion de confirmation de nomination d’un Administrateur

Le conseil d’administration de Prysmian a également résolu de soumettre à la prochaine AGA la confirmation au poste d’Administrateur de Francesco Gori, qui a été coopté le 18 septembre 2018 suite à la démission de l’Administrateur Massimo Tononi.

 

Plan de rachat d'actions

Le conseil d’administration a décidé de soumettre à la prochaine AGA une demande d’autorisation de rachat et de cession d’actions propres après révocation de la précédente résolution approuvée par l’AGA le 12 avril 2018.

Ce plan prévoit la possibilité de racheter, en une ou plusieurs tranches, un nombre total d’actions ne dépassant pas 10 % du capital social. Ce calcul tient compte des actions propres déjà achetées et non encore cédées conformément aux résolutions de la précédente AGA. Les actions propres peuvent être achetées dans les limites des réserves disponibles reconnues à l’occasion des états financiers annuels approuvés le plus récemment.

Le programme durera 18 mois maximum et débutera à la date de l'autorisation en AGA.

Cette autorisation sera nécessaire pour :

  • créer le portefeuille d'actions propres de la Société (le « Portefeuille d'actions »), y compris celles déjà détenues par la Société, pouvant être utilisé pour toute transaction extraordinaire (par exemple, pour des fusions, des scissions, l'acquisition de prises de participation) ;
  • utiliser les actions propres acquises, dans l'exercice des droits issus d'instruments d'emprunts, qu’ils soient convertibles ou échangeables contre des instruments financiers émis par la Société, par ses filiales ou par des tiers (par exemple, lors d'offres publiques d'achat et/ou d'échanges d'actions) ;
  • céder des actions propres au service de plans d’intéressement en actions ou de plans d’actionnariat réservés aux administrateurs et/ou collaborateurs de Prysmian Group ;
  • assurer la gestion efficace du capital social de la Société en créant des opportunités d’investissement également sur la base des liquidités disponibles.

 

Le rachat et la cession d’actions propres se conformeront aux lois et aux réglementations applicables en vigueur :

i. à un prix minimum limité à 10 % en dessous du prix officiel de l'action indiqué lors de la séance boursière du jour précédant chaque transaction ;

ii. à un prix maximum limité à 10 % au-dessus du prix officiel de l'action indiqué lors de la séance boursière du jour précédant chaque transaction.

 

Au 5 mars 2019, Prysmian S.p.A. détient directement et indirectement 5 096 883 d’actions propres.

Toute la documentation pertinente requise au titre des réglementations applicables sera mise à disposition des actionnaires et du public selon les conditions établies par les lois et les réglementations applicables.

 

Plan d’intéressement des collaborateurs du Groupe

 

Ayant entendu l’avis favorable du Comité de compensation, de nomination et de développement durable, le conseil d’administration a résolu de soumettre à l’approbation de la prochaine AGA une proposition d’adoption de plusieurs amendements et/ou additions au plan d’intéressement à long terme réservé à la direction de Prysmian Group, initialement envisagé pour la période 2018-2020 et désormais étendu à la période 2018-2021.

Le plan amendé prévoit qu’en cas de satisfaction des conditions de performances pré-établies pour la période quadriennale 2018-2021, des actions de la Société seront accordées aux participants du Plan.

En 2018, l’intégration de General Cable Corporation, qui a commencé rapidement après la clôture de mi-année, s’est poursuivie conformément aux plans prévoyant l’achèvement de l’intégration d’ici 2021. Les synergies concernées devraient elles aussi être finalisées cette même année. Dans ce contexte, le plan d’intéressement à long terme 2018-2020 a constitué le principal outil de rétention, utilisé afin d’intégrer à Prysmian Group les ressources fondamentales de General Cable Corporation en termes d’expertise. Toutefois, l’activité Projets a rencontré plusieurs problèmes opérationnels lors de la phase d’exécution, liés notamment au projet Western Link, ce qui a sensiblement affecté la performance du Groupe à court terme.

Les amendements apportés au plan visent à aligner davantage ses caractéristiques aux nouvelles perspectives à moyen terme du Groupe (2021), en renforçant l’outil de rétention et de motivation pour les quelque 600 bénéficiaires du plan, qui sont un atout fondamental pour l’exécution de la stratégie et l’obtention des résultats attendus, tout en restant constamment en phase avec les intérêts des actionnaires.

Les principaux amendements apportés au plan concernent les conditions de performances et la période, qui est étendue pour inclure l’année 2021 ; ainsi, le plan quadriennal s’alignera sur la feuille de route de l’intégration. Le délai de blocage, qui limite la vente d’une partie des actions concernées par le Plan, est étendu de deux à trois ans. Outre les actions issues de l’augmentation de capital approuvée par l’AGA le 12 avril 2018, des actions propres seront également employées au service du Plan.

Afin de pouvoir accéder au Plan, qui repose uniquement sur l’actionnariat, les participants doivent reporter une partie de leur prime annuelle cumulée pour les années 2018, 2019 et 2020 ; ce report suppose la réalisation des futurs objectifs de performances économiques et financiers ainsi que des objectifs de création de valeur pour les actionnaires, mesurés sur la période de quatre ans allant de 2018 à 2021. De plus, le plan implique l’attribution gratuite d’actions, laquelle suppose également la réalisation d’objectifs économiques et financiers sur plusieurs années ainsi que d’objectifs de création de valeur pour les actionnaires.

Ce plan renforce par ailleurs l’actionnariat de la direction de Prysmian Group à tous les niveaux. La rémunération variable de la direction repose largement sur les actions et la direction est un actionnaire stable de la Société.

La note d’information relative aux amendements proposés au plan d’intéressement sera publiée dans les délais prévus par la loi.

 

Rapport de développement durable

 

Le conseil d’administration a approuvé les états non financiers consolidés (NFS) conformément au décret législatif 254/16 contenant les informations non financières de l’entreprise sur le plan environnemental, social et humain, ainsi que sur les sujets relatifs au respect des droits humains et à la lutte contre la corruption.

Le NFS a été rédigé conformément aux principes de reporting du développement durable de la GRI (conformité aux principes fondamentaux), publiés par la Global Reporting Initiative (GRI) en 2016. Conformément au NFS 2017 et aux exigences établies par le décret législatif 254/16, le NFS 2018 inclut une soixantaine d’indicateurs de la GRI et a été préparé en tenant compte de tous les enjeux de développement durable qui ont été jugés applicables au Groupe et aux parties prenantes et qui sont présentés dans la matrice de matérialité mise à jour en 2018 par le biais d'un événement interne rassemblant les parties prenantes.

Le NFS rapporte des données et des informations concernant toutes les entreprises appartenant à Prysmian Group au 31 décembre 2018. Il a été consolidé ligne par ligne dans les états financiers annuels. Toutefois, conformément aux exigences établies par le décret législatif 254/16 et compte tenu de l'acquisition de General Cable finalisée au cours de l’exercice 2018, l’ensemble des installations et des opérations relevant du périmètre de consolidation pré-acquisition de Prysmian Group sont considérées pour l’intégralité de la période concernée par le rapport (janvier 2018 - décembre 2018), tandis que les installations et les opérations incluses dans l’ancien périmètre de consolidation de General Cable ne sont prises en compte qu’à partir de la date de l’acquisition (juin 2018 - décembre 2018).

Le NFS confirme qu’en 2018 Prysmian Group a amélioré ses performances dans plusieurs domaines environnementaux, sociaux et économiques. Sur le plan environnemental, les résultats concernent : le recyclage des déchets (66 % contre 50 % en 2017) ; le réemploi des bobines de transport de câbles (>50 % contre >40 % en 2017), surpassant ainsi à l’avance l’objectif fixé pour 2020 (40 %) ; les familles de produits incluses dans le calcul des émissions de CO2 (60 % contre 5 % en 2017) ; les produits recyclables acquis chaque année pour soutenir l’économie circulaire (86 % contre >80 % en 2017).

De plus, le Groupe a également amélioré ses performances sur le plan social, principalement dans les domaines suivants : postes clés accordés via la promotion du personnel en interne (90 % contre >80 % en 2017), surpassant ainsi à l’avance l’objectif >80 % fixé pour 2020 ; la proportion de femmes occupant des fonctions exécutives (10,8 % contre 6,4 % en 2017).

Au cours de la période visée par le rapport, la Société a dispensé plus de 350 000 heures de formation, sans compter plus de 37 000 heures dispensées via la Training Academy de Prysmian, auxquelles ont assisté environ 900 employés.

En tenant compte de la contribution de General Cable, Prysmian Group a créé une valeur économique de 10 293 millions d’euros. Les investissements se sont élevés à 295 millions d’euros et ont principalement visé au renforcement de la capacité de production des segments à plus forte valeur ajoutée, comme les fibres optiques et les câbles sous-marins de transmission de données et d’énergie. Un montant de 105 millions d’euros a été investi dans la recherche et le développement, domaine dans lequel le Groupe bénéficie de plus de 50 partenariats avec des instituts de recherche et des universités à l’international.

Prysmian Group a continué à coopérer avec des ONG internationales pour mettre en œuvre des projets visant à développer les communautés locales via le don de câbles. Parmi ces projets, la construction en partenariat avec Électriciens sans frontières d’installations photovoltaïques dans le village de Chiulo, en Angola, pour résoudre la grave pénurie énergétique de l’hôpital local, ainsi qu’à Palerme, en Italie, pour fournir de l’électricité à un site qui héberge une centaine de personnes en situation de précarité. 

Au vu des excellentes performances réalisées en 2018 dans ces trois domaines, le Groupe se maintient dans les principaux indices et programmes internationaux de développement durable, tels que le Dow Jones Sustainability Index et le CDP.

Télécharger le fichier file_download